QUELLE CONTRIBUTION DE LA DIASPORA EN FAVEUR DU CO-DEVELOPPEMENT ?

Les leviers utilisés

- UNE AMBITION QUI EXIGE LA PARTICIPATION DE CHACUN, UNE IMPLICATION DE TOUS, DANS UN ESPRIT D'ENTREPRISE ET DE CRÉATIVITÉ. - COP 21 "Accord de Paris" Déc 2015 / COP 22 "Dimension Africaine" Nov 2016 / Fonds Bleue "Economie bleue" - Sommet à Oyo Congo Mars 2017 
Aller vers 1-L’économie de la connaissance

1-L’économie de la connaissance

L’économie de la connaissance passe d’abord par une étude des phénomènes naturels par les chercheurs, techniciens ou scientifiques, qui pourront ensuite proposer des innovations aux bienfaits potentiellement infinis, car intégrés à la nature. Idriss Aberkane, professeur en économie propose un nouveau modèle de croissance et de développement économique. Le partage d’un bien matériel revient à le diviser, alors que le partage d’un bien immatériel revient à le démultiplier.

Aller vers 2-L’Economie circulaire

2-L’Economie circulaire

L’économie circulaire vise à dépasser le modèle économique linéaire consistant à extraire, fabriquer, consommer et jeter. Face à l’épuisement de nos ressources, l’économie circulaire propose de produire autrement, en intégrant une exigence écologique à tous les niveaux, de la conception, en passant par la production, jusqu’au recyclage.

Aller vers 3-Agriculture Ecologique

3-Agriculture Ecologique

«La meilleure manière de combattre la pauvreté, c’est de rendre les pauvres producteurs.» C’est le père Godfrey Nzamujo qui résume son ainsi credo. En prennant appui sur le Centre Songhai créé en 1985 en République du Bénin est aujourd’hui une incroyable initiative de développement local : centres de formation, fermes, caisses de crédit, coopératives, chaînes de montage et de restauration, ateliers de recyclage, énergies renouvelables, transformation agro alimentaire. Un modèle réussi en Afrique.

Aller vers 4-DIASPORA (HOMMES&FEMMES)

4-DIASPORA (HOMMES&FEMMES)

Le codéveloppement implique – de par sa définition même – une participation active de la société civile (Diaspora scientifique, technique et économique), qui est d’ailleurs le plus souvent à l’initiative des projets. De nombreux projets sont portés par la Diaspora sans l’appui des pouvoirs publics. L’objectif est de favoriser des échanges de « bonnes pratiques » et de promouvoir des synergies entre les différents intervenants qui mettent en œuvre des projets de codéveloppement.

Le développement des nations est un processus bien inégal de partage des richesses, générant un fossé toujours plus important entre le nord et le sud. Pour faire face à ce déséquilibre, les hommes migrent, à la recherche de meilleures conditions de vie. Mais cette migration est aujourd’hui de plus en plus incertaine; les nations riches prennent peur et ferment leurs portes, tandis que les postulants à la survie s’amassent aux frontières.

EMPLOIS DES RESSOURCES

Lorsque ADRNS reçoit 100€ par exemple, cette somme sera répartie de la manière suivante:
affectation des dons, 50% aux projets codev

En dehors des appels à subvention pour des projets CODEV spécifiques, les pourcentages ci-contre illustrent la répartition des dons reçu au profit de ADRNS. Pour encourager tous les donateurs: Sachez que les dons au profit des associations ouvrent droit à une réduction d'impôt allant de 60% voire 75 % du montant; par l’article 200 du Code Général des Impôts pour les dons réalisés par des particuliers, et par l’article 238 pour les dons réalisés par des entreprises) . Contactez-nous, si vous avez des questions.

  • Exprimé en pourcentage

  • Exprimé en pourcentage

  • Exprimé en Pourcentage

  • Exprimé en pourcentage

Témoignages de la Diaspora

Voici des verbatim exprimés, par les membres de diaspora pour contribuer au développement du pays d'origine !

Le co-développement apparaît comme la seule solution possible, capable d’endiguer la pauvreté. ADRNS est persuadée que la diaspora a un rôle majeur à exercer. En effet, selon une étude de la Banque africaine de développement (BAD), les transferts de fonds de la diaspora africaine subsaharienne atteignent 30 à 36 milliards de dollars américains en 2016.

LES ACTUALITÉS RELATIONS NORD-SUD